Les Royaumes Mossis: Création

La-princesse-Yennega

Selon la légende, la fondatrice du royaume Moogo (rassemblant les peuples mossis) dans l’actuel Burkina Faso est la princesse Yennenga, princesse mythologique originaire du royaume de Dagomba, fille du naba Nedega et de la reine Napoko.  C’est en voulant fuir son destin qu’elle rencontre Rialé, un chasseur de sang princier. De leur union, nait un garçon prénommé Ouédraogo (le cheval mâle ou l’étalon) en l’honneur du destrier blanc qui conduisit la princesse au jeune chasseur.
Yennenga est une figure très populaire au Burkina Faso et le patronyme Ouédraogo est le plus courant chez les mossis.

Bien avant la naissance de l’empire Mossi, il y a très longtemps, au royaume de Dagomba, situé dans le nord du Ghana actuel et dont la capitale était Gambaga. Un grand Roi, Nédega, régnait sur le Dagomba et assurait la paix, la sécurité et la prospérité de son peuple. Son royaume étant fort et prospère, il subissait sans cesse des attaques par les peuples voisins, principalement par les razzias des guerriers Malinkés qui habitaient plus au sud. Mais le roi et ses soldats, défendaient vigoureusement le pays et parvenaient sans cesse à gagner les batailles. A la tête de son armé se trouvait sa fille, la princesse Yennenga, guerrière émérite et véritable amazone.

Nédega n’avait pas de garçon pour assurer la descendance de son règne, malgrés un nombre important de femme dans sa cours, mais avait une fille qu’il adorait et avait chéris et élevé comme son garçon, à la demande de sa fille. Elle était née sous le nom de Poko mais avait grandis aux contacts des guerriers de son père et était une guerrière au nom de guerre de Yennenga (la mince). Le roi et ses guerriers étaient donc aidés par la princesse  Yennenga, une amazone extraordinaire, qui à la tête de la cavalerie défendait et conquérait des territoires. Elle vivait comme un guerrier, comme un fils de chef, montait à cheval mieux les guerriers du Roi Nédega son père. Elle se servait admirablement bien de ses armes traditionnelles : elle lançait la sanguaies et le javelot, combattait les ennemis de sa lance, les transperçait avec les flèches de son arc. Elle menait au combat les guerriers et la cavalerie de son père le Roi Nédega.

N’ayant pas de fils et éperdument fier de la princesse Yennenga qui lui était si précieuse, celui-ci retardait le moment de la marier. La princesse se sentant vieillir et aspirant à se marier, alla demander conseil à la reine-mère Napoko. Celle-ci, lui conseilla, pour attirer l’attention du roi, de semer un champ de Gombo qu’elle devra laisser mûrir et pourrir sans le cueillir. Le roi intriqué et indigné par l’état du champ de Gombo demanda la raison. La princesse lui répondit : « Mon père, vous me laissez dépérir comme dépérit ce champ de gombo, si un fruit mur n’est pas enlevé, il durcit où il pourrit sur l’arbre ». Malgré cela, le roi ne se pressa pas pour accéder au souhait de sa fille.

Un jour le royaume fut une fois de plus attaqué par les Malinkés, la princesse Yennenga rassembla les guerriers de son père et après les avoir combattus, elle décida des les poursuivre. Elle arriva à rejoindre et à capturer un de leurs chefs. Sur le chemin du retour, le cheval de la princesse s’emballa et se mit à courir sans s’arrêter. Le cheval poursuivit sa course folle sans arrêt jusqu’a une rivière où il s’embourba projetant la princesse Yennenga dans la rivière. C’est en ce moment qu’un chasseur d’éléphant, répondant au nom de Rialé, de sang princier et ayant fui aussi un destin tout tracé, qui était en brousse la repêcha et la ramena jusqu’à son campement. Après que cette dernière eut repris ses esprits et se soit remis, Rialé tomba sous le charme de la princesse Yennenga.

Leur union, donna comme fruit un garçon qu’il décidèrent de nommer OUEDRAOGO, qui signifie « Étalon ou plus précisément Cheval Mâle » en souvenir du cheval de Yennenga qui lui avait fait rencontrer Rialé. Le garçon hérita des qualités de ses deux parents: fiers, habile, intelligent et courageux, il fit rapidement leur fierté.

Mais Yennenga nostalgique du Royaume et de son père, pressa Rialé de l’accompagner dans le royaume Dagomba avec leur fils, pour qu’elle puisse présenter ses excuses à son père et lui présenter sa nouvelle famille. Le roi, fût très heureux de revoir sa fille, la princesse Yennenga, accepta Rialé comme gendre. Quand la princesse et Rialé demandèrent à partir du royaume pour fonder leur propre village, le roi leur fit des dons de bœufs, de moutons, de chèvres, de fournitures diverses et quelques serviteurs en plus de leur confier environ trois cent sujets avec lesquels ils iront s’installer vers le sud du Burkina Faso actuel pour y créer le premier royaume Mossi, Morosi (Moro=homme et si=beaucoup en bambara) qui par déformation devint Mossis ( Moagha au singulier ). Le royaume mossi et son peuple étaient nés.

Ouedraogo devint le premier Mogho Naba du peuple mossi. À la mort de son père il établit sa capitale à Tenkodogo (la vieille terre). Il eut plusieurs fils, Naba Zougrana qui lui succéda et Naba Rawa qui fonda un empire mossi allant de Pougo (Pô) à Doubaré, le Rawatenga, en se dirigea vers le Nord d’où il chassa les Dogons qui migrèrent vers le Mali.

Yennenga et Rialé auraient eu un autre fils, Jaba Lompo (ou Diaba Lompo), qui serait le fondateur de la dynastie Noungou ou royaume Gourmantché de Fada N’Gourmanote .
( Selon certaine version Diaba Lompo serai le cousin de Ouédraogo).Tous les Mogho Naba qui régnèrent sur les royaumes mossis, jusqu’au Mogho Naba actuel, sont des descendants agnatiques de Ouedraogo, le fils de Yennenga.

PS : Cette version de la légende de la princesse Yennenga et la formation et la naissance de l’empire Mossi à été composé suite à la lecture de nombreuses source et peut donc varié de la réalité. Si vous avez des détails ou faits historique à ajouter et modifier faites nous signe via les commentaires ou par email afin de nous aider à améliorer notre version.

De nos jours Yennenga et sa légende reste très présente dans le Burkina Faso actuel, dont les Mossis sont la population majoritaire. L’emblème national du pays, représenté sur les armoiries, est l’étalon blanc qui guida la princesse.
Depuis 2002, elle est l’emblème du parlement à l’assemblée nationale3

Dans le sport, les athlètes masculins burkinabés sont surnommés les étalons. Deux club de football portent le nom de la princesse : l’ASFA Yennenga de Ouagadougou et l’équipe féminine des Princesses du Burkina.

Dans le monde de la culture, la plus haute récompense décernée lors du Fespaco est l’Étalon de Yennenga (en or, en argent et en bronze).
Yennenga est également très présente dans les peintures sur batik et les bronzes réalisés pars les artisans nationaux. Elle est représentée sur son cheval se cabrant, une lance dans une main, en train de crier.

Pour réaliser cet article voici les site sur lesquels je suis aller rechercher les informations, pour ceux qui veulent agrandir leur connaissances sur cette belle histoire:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Yennenga

http://elevesduldmlachampagnedevitreaultodeouagadougou.hautetfort.com/archive/2010/03/06/a71b5d8b6071024494a5bbb317e5b5b2.html

http://www.peuples-solidaires-caluire.org/le-burkina-faso/decouvrir-le-burkina-faso/histoire-des-mossis-ethnie-burkinabee.html

http://www.burkina-faso.ca/la-princesse-yennenga-la-formation-et-la-naissance-de-lempire-mossi/

http://www.carrefourdestalents.org/2013/03/09/a-loccasion-de-la-journee-et-la-nuit-de-la-femme-cdt-rend-hommage-la-princesse-yennenga/

yennega

Advertisements
Catégories : Uncategorized | Étiquettes : , , , , , , , | Un commentaire

Navigation des articles

Une réflexion sur “Les Royaumes Mossis: Création

  1. Pingback: Royaumes d'Afrique - Les Royaumes Mossi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :